Le Mag

Colours of Life, le nouvel opus de Franck FOUGERE

Publié le : 23 janvier 2020 par : Plongée On Line

Franck FOUGERE dont on a pu suivre depuis plusieurs mois les réalisations pour le Salon de la Plongée dans la série "la plongée mais pas seulement" nous offre son nouvel opus "Colours of Life", qu’il qualifie comme une déclaration d'amour destinée à celle qui nous voit tous naître, grandir et partir.

Colours of life est parrainé par l’artiste peintre Pierre FAREL, le texte qui l’accompagne a été enregistré en anglais par l'acteur Australien "Michael PICCIRILLI" , également sensible à ce sujet, et la musique, quant à elle, est signée Carlos ESTELLA

 

Franck Fougère : Après le succès de "Life Symphony" (+de 2 Millions de vues et 6 récompenses internationales), j’ai souhaité renouveler le partage de mes voyages en réalisant un nouvel opus de "Colours of Life"

Plus qu’un film, c’est une démarche personnelle.

Ces deux dernières années, j’ai eu la chance de sillonner 14 pays (l’Afrique du Sud, le Kenya, Madagascar, l’Égypte, la Polynésie Française, les Iles Marquises, l'Arctique, l'Antarctique, le Mexique, la Paz Basse Californie, les Philippines, les Bahamas, Bali, les Maldives),
fouler les deux pôles, découvrir les parties les plus reculées du globe et faire connaissance avec des cultures ancestrales aussi passionnantes qu'attachantes.

Tous ces voyages n’ont fait que renforcer mon amour pour cette Nature, aussi belle que fragile, et ma conviction qu’il n’est jamais trop tard pour la préserver et en prendre soin.
Ma démarche a été d'impliquer un maximum d'acteurs pour communiquer et sensibiliser, et c’est pourquoi le film a été réalisé grâce aux soutiens d'ONG, d'Artistes, d'offices du tourisme, de Voyagistes, de Clubs de plongée, d'Hôteliers, de Compagnies aérienne, d'Équipementiers, de Sociétés privées ou encore de journalistes et médias, sans qui rien n'aurait été possible.

Ainsi, mon espoir est qu’une telle collaboration tende à fédérer et rassembler dans un seul et même but : Partager cette envie et ce besoin de préserver ce qui reste du vivant.