Le Mag

Deux nouveaux instructeurs issus de la filière Plongeurs du Monde

Publié le : 09 mai 2020 par : M du Monde Plongeurs

En décembre 2017, Joseph Bemanandrina et Patrick Randrianasolo n’avaient aucune certification de plongeur. Deux ans et demi plus tard, ils deviennent tous les deux instructeurs Padi. Après avoir fait leur cursus avec Plongeurs du Monde à Nosy Be.

L’un travaillait au carénage des cargos. L’autre gardait des bateaux. En deux ans et demi, ils ont réussi à changer de vie. Joseph Bemanandrina et Patrick Randrianasolo sont depuis le 8 mars 2020, instructeurs de plongée Padi. Aboutissement d’un long chemin, guidés par les encadrants de Plongeurs du Monde, lors des missions réalisées par l’association à Madagascar, en partenariat avec Oceane’s Dream à Nosy Be.

« Joseph devait avoir 700 plongées quand il a passé son Open Water en décembre 2017, se souvient Roger Guglielmi, instructeur Padi pour Plongeurs du Monde. Il plongeait sans certification depuis des années, il était impressionnant sous l’eau. »

« Franchement, quand j’ai rencontré Partick pour la première fois, je ne le voyais pas arriver jusqu’au Divemaster », ne cache pas Jean-Jacques Gautier, instructeur Padi pour Plongeurs du Monde.

Avec Patricia Hivert, Jean-Jacques Gautier et Rogier Guglielmi ont conduit 4 missions dans le centre de plongée d’Eric Joré à Nosy Be. « C’est lui qui avait recruté les élèves », rappelle Jean-Jacques Gautier. Madagascar fait partie des nombreux pays où l’association forme la population locale à la plongée. « Lobjectif de Plongeurs du Monde est de permettre à nos élèves d’avoir un diplôme leur ouvrant la possibilité d’avoir un métier », rappelle Jérôme Zubialde le président de l’association dont le siège est à Tours.

A chaque fois, la difficulté pour les bénévoles de Plongeurs du Monde, c’est d’enseigner une activité qui nécessite des connaissances théoriques poussées à des élèves qui, parfois, ont un niveau scolaire très faible. C’était le cas de Patrick Randrianasolo. « Il ne maîtrisait pas bien le français. Heureusement que dans les différents stages, nous avions deux étudiants de Diégo Suarez qui pouvaient traduire en malgache », remercie Patricia Hivert, elle aussi instructrice Padi et bénévole de l’association.

Évidemment, les trois encadrants sont fiers du parcours accompli par leurs deux élèves. Si Plongeurs du Monde conduit beaucoup de ses élèves jusqu’au Divemaster, ceux qui réussissent à devenir instructeurs par la suite, sont rares.

Patrick Randrianasolo et Joseph Bemanandrina ont pu suivre le cursus pour devenir instructeur grâce à Eric Joré, le patron d’Oceane’s Dream. « Il leur a payé la formation », précise Roger Guglielmi car depuis leur Divemaster, les deux nouveaux instructeurs étaient employés du centre de plongée. « Eric Joré a prévu de développer l’activité de son centre, et il va pouvoir le faire grâce à eux. »

Les trois instructeurs de Plongeurs du Monde saluent les efforts énormes réalisés par Patrick. « Il s’est accroché. Le fait qu’il travaille pour Eric, qui est exigeant avec ses employés, a certainement aidé », analyse Jean-Jacques Gautier qui espère que ces deux-là seront les premiers d’une longue liste de futurs instructeurs issus des formations de Plongeurs du Monde à Madagascar.

« Je les ai vus se révéler en exploration »

Olivier Creyssac est Course Directeur Padi. C’est lui qui a conduit cet Instructeur Developpement Course (IDC) dans le centre d’Eric Joré à Nosy Be. Il est lui aussi un partenaire de Plongeurs du Monde. « Patrick et Joseph étaient très réservés au départ. Je les ai vus se révéler lors d’une exploration qu’ils devaient guider ».

Le Course Directeur ne cache pas les difficultés rencontrées par ces deux stagiaires. « Il a fallu faire attention, prendre beaucoup de temps pour leur faire acquérir les notions théoriques. La classe, il y a avit 5 stagiaires en tout, est resté très soudée. Les autres les ont beaucoup accompagnée. »

Olivier Creyssac a conscience que ce furent « 15 jours très durs pour eux. Mais grâce à leur réussite, ils changent de statut social, ils auront un avenir et un meilleur salaire. »