Le Mag

Le festival Mondial de l’image Sous-Marine va t’il s’éteindre ?

Publié le : 07 mars 2016 par : Plongée On Line

On le soupçonnait agonisant, sous perfusion de Nausicaa qui lui prodiguait des soins intensifs via la gracieuse délégation de nombreux cadres et autres prestations (Caisses, Montage vidéo, Sonorisation etc…)

Malgré cela, malgré les économies réalisées par l’éphémère coordination bénévole d’Hélène de Tayrac pour l’édition 2015,

Malgré le renom d’un festival International qui même s’il avait perdu son niveau professionnel, (les grosses productions, ZDF, National Geographic, BBC, etc, l’ayant quitté) conservait son aura auprès des cinéastes et photographes sous-marins.

Malgré les efforts des contribuables Marseillais qui apportaient une subvention de plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année.

Malgré la FFESSM (Fédération Française d’études et sports sous-marins) qui a elle aussi aidée le Festival depuis qu’il est à Marseille,

Malgré l’engouement et la volonté des bénévoles et semi-bénévoles en particulier Marseillais et Antibois.

Malgré quelques créanciers qui ont accepté de ne pas être payé,

Malgré tout cela, l’association s’est mise en cessation de paiement au 31 décembre 2015 et est en redressement judiciaire depuis le 19 janvier 2016.

Il semble que de nombreuses dettes, pour partie antérieure à la dernière édition, ne peuvent être réglées. Hôtel, Installateur, Restaurateur, Organisateur, Réseaux publicitaires, Graphiste, développeur, provider, Bailleur, etc…

Alors même que l’image sous-marine est omniprésente, dans les pubs, les clips musicaux, les documentaires, etc. On ne peut que s’interroger sur les raisons d’un tel déclin en si peu de temps.

Voilà 6 ans que le FMISM (encore communément appelé le festival d’Antibes) s’est installé à Marseille, après 36 ans d’activité à Antibes, qu’il est exsangue, moribond et risque de ne pouvoir ni redémarré ni même être repris.

Chercher la faute ou les fautifs ne sert pas à grand-chose, sauf à ne pas commettre la même avec les mêmes…

Et pourtant des exemples de festival de l’images sous-marine, probablement moins glorieux, moins fastueux, tels que celui de Strasbourg qui vient de clore sa 28ème édition ou celui de Toulon, existent et leurs organisations respectives semblent avoir des comptes équilibrés.

Bref en attendant plus d’informations sur la suite des événements…

Pour les fournisseurs du Festival, si vous êtes créancier du festival, si le festival vous doit de l’argent, vous avez 2 mois à partir du 12/2/2016, soit avant le 12 avril 2016  pour prendre contact avec le mandataire judiciaire : Maître LOUIS (Jean-Pierre), membre de la SCP J.P LOUIS & A. LAGEAT, 30 Cours Lieutaud, 13231 Marseille Cedex 01