Le Mag

Le NUMIDIA - Le Briefing de Steven

Publié le : 10 décembre 2016 par : M Steven SURINA

Pour poursuivre cette saga des plus beaux sites de plongée de mer Rouge égyptienne, nous restons sur ce lieu « phare » du large : Les Brother’s island, avec cette fois un briefing sur le NUMIDIA

Pour la Localisation, l'Histoire et la Topographie, des Brother’s island, voir le Briefing précédent sur Big Brother - Le plateau Sud


Le Numidia (Big Brother) :
Il faut que les conditions météos soient optimales pour proposer cette plongée.

En effet, l’épave est posée sur la pointe nord de l’île, là où se casse les vagues. Lorsque le vent souffle fort et que le ressac est important, il est dangereux de s’y immerger car le platier n’affleure pas la surface du récif, il tombe par 10 mètres de fond.

  

Il faut donc s’immerger en flottabilité négative (gilet complètement vide) afin de ne pas se faire prendre par la houle sur le platier ! De plus, si le courant est violent, les plongeurs peuvent aisément se faire « éjecter » dans le bleu.

Le Numidia est une plongée qui se mérite ! 

Pour la petit histoire, le navire frappe le Nord de l’île en 1901.
Ce cargo anglais de 130m de long et de 6 400 tonneaux repose aujourd’hui verticalement entre 10m et 84m. L’avant du bateau à été détruit au fil du temps par les vagues mais l’arrière reste en bonne état. La partie médiane est endommagée mais splendide tant elle regorge de vie ! 

Tout de suite après votre immersion, rejoignez l’épave vers les 15m pour éviter le ressac. Là, déboussolé, il vous est parfois difficile de réaliser que vous êtes sur le dessus du bateau tellement il y a de parties concrétionnées.

Votre itinéraire dépendra du courant.
Dans le bleu, banc de thons, carangues, barracudas, requins gris de récif en stationnaire.
S’il y a de la houle, il est recommandé de ne pas se balader dans l’épave de peur de se blesser en heurtant la ferraille.
Sinon vous pouvez entrer par 38m dans la cale moteur puis remonter le long des infrastructures internes vers 20m. Aussi les coursives impressionnantes avec leurs bossoirs, sont recouvertes d’alcyonnaires de toutes les couleurs animées par le balai incessant des anthias.

 

Ensuite, prenez le récif à main gauche (si possible en fonction du courant). Des fois il faut appuyer sur les palmes quelques mètres pour passer la pointe et ensuite dériver tranquillement en direction de l’Aïda II (transporteur de troupe égyptien qui coula en 1957) que vous survolerez quelques minutes plus tard.
Elle est nettement plus abîmée et profonde (le haut débute à 30m) que le Numidia et ne comporte pas d’intérêt particulier qui lui vaudrait une plongée à elle toute seul.

Vers 15m au-dessus de l’épave vous pourrez contempler les moteurs qui sont encore posés sur le platier au milieu des acroporas.
Plus loin, vous sortirez votre parachute dans les 50bars pour faire surface à 30bars avant que les zodiacs viennent vous récupérer.

 

Photos : Fabrice Boissier, Greg Lecoeur, Mathieu Castaing, Clément Prandi