Le Mag

Les Maldives, encore… Suite

Publié le : 21 mars 2016 par : M Henri ESKENAZI

Sur « Hammerhead point », point de requins marteaux mais le plancton bleu encore fluorescent de la nuit, accueille notre descente dans le bleu-noir, jusqu’à notre stop à trente mètres.
Une attente de vingt minutes au milieu de rien. Juste écouter son corps se jouer de l’apesanteur.
De temps en temps, surveiller mon binôme Didier qui se marre à regarder les chirurgiens jouer avec nos bulles.
Zéro courant. Peut-être la raison de l’absence des requins-marteaux ? Mais quelle sérénité le long du récif qui nous ramène en surface. A gauche la profondeur des abysses, à droite le sable éblouissant. Même les caranges par centaines sont calmes. Trois requins gris de récif (Carharhinus amblyrynchos) restent presque immobiles dans le bleu. Un gros Napoléon les suit de près, avec tous ces anthias qui brillent sous mes flashs, au milieu des innombrables petits balistes bleus virevoltants. Les couleurs sont tellement vives qu’on pourrait presque oublier ces deux poissons-fantômes bruns qui se confondent avec le substrat. Une plongée Maldivienne typique dont on ne peut se lasser.

 

 

Au briefing avant notre plongée à Bathala Maagaa Kan Thila, Léo nous prévient, avec une point d’humour : « Si le courant vient du Nord, on plongera récif main droite mais s’il vient dans le sens Sud-Nord, on sera récif main gauche. Par contre, si le courant sort de la passe, il faudra vite s’abriter contre la paroi car ce sera plus fort en pleine eau. Et si le courant est rentrant, il pourra être assez fort. Quelquefois, le courant peut-être descendant et dans ce cas, il vaudra mieux en sortir rapidement en se déplaçant horizontalement. » Tout est dit. Il n’avait pas prévu le courant tourbillonnant : la fameuse « machine à laver ».

Pour les photos, ce n’est pas l’idéal mais quels souvenirs dans la tête pour mes vieux jours. Toute la faune Maldivienne est au rendez-vous et le crochet est confortable ici pour profiter au maximum de ces magnifiques scènes de vie sous-marine. Magique !

  

La plongée de nuit à Maaya Fushi, en face de l’île éponyme, nous permet la rencontre avec une belle raie Manta, joueuse, qui vient quelquefois caresser nos bulles. Un Platax passe par ici, un calmar, par là. 

 

 

Le matin, réveil dans l’eau claire sur Maya Thila qui plonge de douze à trente mètres, où de beaux alcyonnaires et gorgones nous attendent. Une raie aigle au début, deux requins pointes blanches au milieu et, pour finir notre heure sous l’eau, un requin gris peu farouche plus une dizaine de caranges. Tout ce beau monde à l’air de s’entendre à merveille dans ce monde de brutes. A plusieurs reprises d’ailleurs, j’ai pu observer le requin gris nager de conserve avec un petit requin pointe blanche, très proches et assez longtemps. Chut, une tortue dort encore dans une anfractuosité.

  

Suite et fin demain.../...