Le Mag

Les Maldives, encore… Suite et fin

Publié le : 22 mars 2016 par : M Henri ESKENAZI

Pour moi, après un bon petit déjeuner, bain de fraicheur et partage d’émotions dans le jacuzzi sur le pont supérieur, à l’avant de « Soleil 2 ». Vue sur mer à 360° et quelques rares îles qui défilent de chaque côté. Prise de conscience de la relativité du temps. Calme, je sens mes neurones se décoller peu à peu. Cà y est, l’effet « croisière » commence.

Stop à Moofushi, station de nettoyage des raies Mantas où quatre de ces superbes animaux survolent des centaines de lutjans, gaterins et autres poissons des mers chaudes. Avec un poisson-feuille jaune en prime et… des dauphins en surface, autour du bateau.

Il y a une autre station à Himandhoo, moins profonde avec toutefois moins de poissons alentour.

 

A la nuit tombée, pique-nique sur l’île déserte d’Eboodhoo où le staff attentionné de « Soleil 2 » nous a préparé une arrivée aux flambeaux sur le sable, digne des Mille et une nuits avec un requin-baleine, grandeur nature, sculpté dans le sable. Quel boulot ! Je profite de ces quelques lignes pour les en remercier chaleureusement. L’ambiance y est très conviviale, c’est un plus dans cette croisière.

 Toutefois, l’un de nos sympathiques marins Maldiviens ne cache pas son inquiétude sur la montée des eaux en nous montrant les vestiges effondrés en bêton d’une ancienne plateforme d’hélicoptère. Il est aussi persuadé que, localement, les hommes pourraient être plus respectueux de leurs îles. Il espère seulement que ses îles ne disparaitront pas dans cinquante ans, comme cela semble être annoncé…

Panetone, sans aucun courant, ressemble à un gâteau à plusieurs étages, type « mille-feuilles », avec des alcyonaires pétant de couleurs tout le long du parcours.

Hafza Thila, un petit sec en pleine eau posé à trente mètres sur le sable, est le siège de notre observation d’assez près, d’une dizaine de requins gris et pointe blanche. Pas de fatigue, que du plaisir. 

Le courant est nettement plus puissant sur Fish Head, un autre haut fond au milieu de nulle part. Les thons, les vivaneaux, les fusiliers entament leur danse prédatrice. Tous se mélangent dans une excitation collective.

 Je n’ai toutefois nullement l’intention de vous décrire ici les vingt quatre plongées réalisées durant cette croisière sur « Soleil 2 ». Elles résument certainement tout le plaisir qu’ont les plongeurs du monde à pratiquer cette merveilleuse activité de découverte de la nature et ne sont qu’un petit abstract de cette passion qui m’anime encore et toujours. Je ne dirai qu’un seul mot : « Allez aux Maldives ou… retournez-y ! ». Aussi pour la rencontre, entre autres, avec le requin-baleine de Maamigili au plus sud d’Ari atoll, les requins pointes blanches de récif Carcharhinus albimarginatus et les bécunes de Vanhupavali, les gros mérous et la raie aigle de Dhiggaru Kandu (Kandu = passe), les deux gros Napoléons de Fushi Kandu, le banc de cochers, la murène léopard , les rémoras et les hétérocongres de Miyaru Kandu, les requins-nourrices d’Alimatha, les raies Mantas et pastenagues de Kuralhi ou encore le mignon nudibranche que me montre Anita, mon binôme sur cette plongée.

 A propos des noms d’ailleurs, j’apprend que Meemu Atoll se nomme en fait Malaku en Divehi et Thaa atoll, le point le plus sud de notre croisière, Kolhumadulu. Facile de s’y perdre !

 Lorsque la nuit sombre s’installe à Dhifushi sur Thaa atoll, le gros phare de « Soleil 2 » dirigé vers les abysses attire toute la vie nocturne : quatre dauphins, un espadon, des calmars, des aiguillettes et bien sûr une grande quantité de Krill. Pas de requin-baleine cette fois-ci.

 Sur le chemin du retour vers le Nord, dans la passe de Mulaku, çà fait tout de même bizarre de descendre en quelques secondes, de vingt-cinq à trente mètres, gilet gonflé et de constater que mes bulles descendent… Après dix minutes dans le bleu, collé contre le récif, j’apprécie le calme des poissons qui se lovent dans les couleurs du corail. Instant de sérénité.

 Avec encore trente-huit heures de désaturation sur mon ordi, ultime jour de cette croisière sur « Soleil 2 » et une paisible randonnée aquatique de presque une heure près de l’île Cocoa, si belle que je ne souhaite qu’elle cesse. Une centaine de perroquets vert-bleu s’ébattent sur le récif. Je remarque que les mâles, plus petits, courtisent les femelles plus foncées, par deux ou trois maximums, jamais quatre. Leur avenir se perpétue ici même, devant mes yeux voyeurs. Ainsi, j’apprends encore la vie.

 

 

 Il faut, à mon avis, continuer à cultiver cette envie de s’ouvrir aux autres. De quoi nourrir une réflexion sur la théorie de l’évolution du monde. Restons curieux.
Le soir, comme tous les soirs, je profite de la quiétude de l’endroit pour admirer le ciel étoilé et savourer ces moments de calme et de paix. Encore.
Tout autour de moi, je me délecte ainsi du spectacle de la vie et je profite des Maldives, sans perdre de temps, car à l’heure du crépuscule qui s’installe, tout doucement, la terre s’enfuit du soleil…

Texte et Photos Henri ESKENAZI
Photos du bateau Phil SIMHA

Le bateau :

« Soleil 2 » est un nouveau bateau de catégorie supérieure, construit en 2015.

Il est en fibre et bénéficie d’équipement de confort moderne. Long de 44 mètres et large de 12 mètres, il peut atteindre une vitesse de croisière de 12 nœuds. Sa capacité est de 26 passagers et de 10 membres d’équipage. Il se compose de 13 cabines, un salon spacieux, la Hi-Fi, une télévision avec vidéo, un bar, un espace extérieur pour les repas, un Sun Deck, deux générateurs électriques, WiFi.

 

L'agence


AMV SUBOCEA

www.amv-subocea.com
info@amv-subocea.com

Tél : 04 95 06 12 39
(Du lundi au vendredi de 09h à 18h30, le samedi de 09h30 à 13h et de 14h à 17h30)

Maldives pratique 

Les Maldives (le nom vient du sanscrit mala signifiant « guirlande » et dvipa, « île ») qui comprennent environ 1200 îles ou ilots, réparties en 22 atolls (vocable Divehi) sur environ 100 000 km2 avec 300 km2 seulement de terre ferme, se situent sur l’équateur (entre 7°10’ Nord et 0°40’ Sud), presqu’au centre de l’océan Indien à 595 km au sud-ouest de l’Inde et à 670 km du Sri Lanka. Environ 900 km du Nord au Sud et 120 km d’Est en Ouest. L’altitude maximale est de 2,3 mètres. La météo y est souvent clémente (température entre 30 et 31°C), surtout de septembre à mai avec des eaux claires et chaudes (température entre 26 et 29°C). Cette République des Maldives, qui a pour capitale Malé (100 000 habitants), compte presque 400 000 habitants, peuplant 200 îles et essentiellement de confession islamique.

Climat : Pas de cyclones, moussons en juin-juillet et de mi-octobre à fin novembre.

Formalités : Passeport valable au moins 6 mois après la date de retour et visa de 30 jours délivré gratuitement à l’arrivée.

Décalage horaire : + 3 h en été et + 4 h en hiver. 

Aérien : Plusieurs vols hebdomadaires au départ de Paris (11 heures environ).

Monnaie : La Roupie Maldivienne (MRF) ou Rufiyaa. 1 Euro = 20 Rufiyaa environ (Euros, dollars et cartes de crédit acceptés).

Langue : Divehi ou maldivien (proche du cinghalais avec un mélange de hindi et d’arabe), Français, Anglais.

Ecriture : Le Tana (apparenté à l’arabe).

Santé : Pas de vaccination obligatoire.

Caissons : Sur l’atoll de Malé Nord à Bandos et Faru ainsi que sur l’atoll de Rasdhoo au Kuramathi. Le Dhoni de plongée possède un matériel portable d’oxygénation (standard DAN).

Electricité (à bord du bateau) : Prises françaises en 220 volts, 24h/24h.

Plongée sous-marine : Aux Maldives, la croisière est le moyen idéal pour pratiquer la plongée qui est limitée à 30 m. Certificat médical demandé. Crochet pour le courant fortement recommandé. Parachute obligatoire.
Forfait « plongée » proposé uniquement aux titulaires d’un niveau 2 CMAS ou Advanced Open Water PADI. Bouteilles et plombs fournis. .