Le Mag

Photo Sous-Marine – tous photographes ?

Publié le : 10 février 2016 par : Plongée On Line

A l’heure où le monde est inondé de selfie et autres images produites par des appareils aussi hétéroclites que puissants (le téléphone ne fait toujours pas le café mais filme en HD voire en 4K), l’envie d’immortaliser ses plongées vient presque avant de faire sa première plongée
Hier soir à la piscine une gamine de 12 ans, en voie de passer son niveau 1, me demande si pour sa 1ère sortie en mer elle peut emmener sa Gopro…

Alors Tous photographes ? oui bien sur Mais pour ne pas ressortir frustré, mieux vaut suivre quelques conseils que nous allons vous proposer dans nos publications à venir… 

Mais avant tout,
un tout petit peu d’histoire et rendons hommage à ceux qui nous ont fait découvrir les splendeurs sous-marines avant l’avènement du numérique et d’Internet (c’était hier)…

On ne va pas remonter jusqu’à l’invention de la photo par Nicephore Niepce en 1824, ni jusqu’aux pionniers de la photographie sous-marine tels que Louis Boutan, Hans Haas ou Jacques-Yves Cousteau, mais juste aux premiers appareils photos « plongée loisirs » et à leurs utilisations. 

Jusqu’en 2004 avec la sortie du Nikon D70, la très grande majorité des photographes amateurs, même éclairés, utilisait des appareils photos Argentiques (avec pellicules)

et ce n’est qu’en 2005 avec l’arrivée des Nikon D200 et Canon Mark 5D, voire même qu’en 2008 avec le Nikon D700 et Canon Mark 5D II que les photographes professionnels sont passés au Numérique.

Quelles différences… ?

En vrac :

36 photos par plongée pour plusieurs centaines aujourd’hui,

pas de vision immédiate de sa photo, il faut même attendre souvent le retour de séjour pour faire développer ses images et enfin en voir le résultat,

des réglages d’exposition qui doivent être quasi parfaits là ou aujourd’hui on peut rattraper avec les logiciels de très nombreuses erreurs d’exposition jusqu’à plus de 2 diaph, à l’époque ¼ de diaph maximum était tolérable.

Et ça, ce sont pour les « appareils modernes » qui disposent de l'Autofocus (réglage automatique de la distance entre le sujet et l’appareil), à partir des années 1990.

Et avant ? ceux qui ont utilisé le Nikonos 5 s'en souvienne à coup sur, il faut viser au jugé (non reflex), et faire la mise au point manuellement (calcul de la distance entre le sujet et l’appareil) car les appareils ne sont pas autofocus.

Et encore avant, les Nikonos 4,3,2 1 et le Calypsophot sorti en 1961 rajoutent encore à la difficulté puisqu'il faut choisir la bonne exposition sans autre information que votre oeil et éventuellement une petite cellule interne dans le 4.

 

 

Bref de quoi décourager les plus passionnés. et pourtant de très nombreux livres de photos sous-marine sont publiés et les revues spécialisées sont elles aussi riches d'images.

La photo sous-marine est devenue plus facile et plus accessible, c'est certain, mais la belle image se conquiert malgré tout. A bientôt...