Le Mag

Sarah, une plongeuse engagée

Publié le : 03 novembre 2020 par : Plongée On Line

Par Grégory VAUZELLE 

Les plongeurs sont proches des enjeux écologiques de notre temps : ils sont aux premières loges, proches des mers et des océans. De nombreux plongeurs ont décidé d'agir pour protéger cet environnement.
Il y a quelques temps, je vous avais présenté Tom qui s'était lancé dans une véritable chasse aux plombs.

Aujourd'hui, je vous propose de découvrir une nouvelle plongeuse, amoureuse des océans qui œuvre pour la préservation et le nettoyage des océans. 

Grégory VAUZELLE : Peux-tu te présenter brièvement ? 
Sarah GAUTHIER : Je m'appelle Sarah Gauthier (Scuba Sarah pour les amis). Je suis originaire du Québec. Je plonge depuis 6 ans. J'ai passé mon Open Water au Québec, ça a été un souvenir plutôt douloureux dans une eau à 4°C. J'ai persévéré et je suis devenue professeur de plongée (instructrice).

En étant plongeuse, j'ai pu voir les effets néfastes de l'homme sur l'environnement,  les pollutions au plastique, le blanchissement des coraux …
Cela m'a encouragé à m'engager dans des projets écologiques.

GVZ : Peux-tu nous en dire plus sur tes engagements ? 
Sarah GAUTHIER :
Je me suis lancée dans une grande aventure : plonger sur les 7 continents.
Lors de mon passage à Bali (Indonésie), j'ai rencontré Trieu. A l'époque, déjà, je ramassais les déchets et les plastiques que je rencontrais lors de mes plongées, je les mettais dans mon gilet stabilisateur ou les prenais à la main …
Trieu m'a alors montré le sac qu'il avait mis au point : le TRSHBG, un sac spécial que l'on peut mettre à la cheville ou à la cuisse suivant le modèle. J'ai tout de suite aimé le modèle : surtout le fait qu'il soit constitué de matière recyclée et qu'il n'y ait donc pas de nouvelle matière ajoutée au produit. - Depuis il fait partie intégrante de mon équipement de plongée. Je ne le quitte plus ! 

GVZ : Comment lui est venue cette idée ? 
Sarah GAUTHIER :
Dès 2017, à Bali, mon collègue originaire des Pays-Bas, a trouvé une île de déchets plastiques. 
« Si tout le monde ramassait un petit bout, on pourrait réussir ! » : Parti de ce constat, il a créé le sac, plusieurs prototypes ont été réalisés avant d'arriver au produit actuel. Ils sont fabriqués à Bali à partir de matières recyclées (des chambres à air, des bannières …) : chaque sac est donc unique !

GVZ : Quel message voulez-vous faire passer à l'ensemble de la communauté des plongeurs et acteurs de la mer ?
Sarah GAUTHIER :
J'aimerai que chaque plongeur, chaque surfeur, chaque utilisateur de la mer deviennent un nettoyeur des océans (pas uniquement lors de journées et plongées spéciales mais durant toutes les plongées) !

Pour en savoir plus : Site - Instagram - Facebook 

Et vous que faites-vous pour la protection des mers ?