Le Mag

Tous Photographes : comment choisir son appareil photo … sous-marin ?

Publié le : 22 mai 2017 par : Plongée On Line

Comme nous le disions dans notre article précédent, « à l’heure où le monde est inondé de selfie et autres images produites par des appareils aussi hétéroclites que puissants, l’envie d’immortaliser ses plongées vient presque avant de faire sa première plongée… », mais face à l’offre pléthorique que nous propose le marché, comment s’y retrouver et choisir le joujou le plus adapté à votre envie ?

Nous allons ici vous donner quelques clefs détaillées, et une synthèse (pour les plus pressés) en fin d’article, pour vous y aider. 

Il existe plusieurs catégories d’appareil photos :

 

 

Selon ces catégories les appareils photos se distinguent par leurs prix, leurs encombrements (tailles et poids), l’accès aux réglages (ouverture, vitesse et sensibilité), leurs optiques, leurs visées, leurs flashs, leurs capteurs, leurs définitions, … Et le fait qu’il existe un caisson sous-marin pour l’appareil.

Le prix : c’est souvent déterminant dans le choix d’un appareil. D’autant qu’à la dépense initiale, s’ajouteront l’achat du caisson, et de toutes les options que vous souhaiterez.

L’encombrement (tailles et poids) : Que cela soit pour voyager, pour monter sur le bateau et même pour évoluer sous l’eau, cet aspect n’est pas à négliger.

L’accès aux réglages (ouverture, vitesse et sensibilité) : C’est ce qui permet de modifier le programme de l’appareil et d’accéder ainsi à plus de créativité. Nous verrons dans les prochains articles ce que ces « réglages » permettent.

Leurs optiques (les objectifs) : Pour les désigner on parle de focale. La focale c’est la distance entre le bout de l’objectif et l'intérieur de l'appareil (nous détaillerons ultérieurement). Mais on l’exprime souvent en équivalence aux focales utilisées initialement en 24x36. C’est ce qui va vous permettre de faire des photos, macro (de très près) ou d’ambiance (plan large). Elle peut être fixe, variable avec un zoom qui selon son amplitude vous permettra de changer de type de photo d’un coup de pouce, ou interchangeable ce qui accroit souvent la qualité de l’optique, mais vous oblige aussi à choisir, avant de partir plonger, le type de photo que vous allez réaliser (On ne fait pas de photo d’ambiance avec une optique Macro et vice versa pas de macro avec un grand angle prévu pour l’ambiance). .

Leurs visées : C’est ce qui permet de voir ce qui va être photographié de « faire votre cadrage ». Aujourd’hui, elles sont quasiment exclusivement à travers l’objectif, TTL (Through The Lens), restituée électroniquement sur l’écran arrière et éventuellement dans un viseur « électronique » ou, par un jeu de miroir dans un viseur optique « Reflex » sans électronique.

Leurs flashs : un point important à vérifier, la présence d’un flash interne. Nous verrons dans les prochains articles l’usage cet élément.

Leurs capteurs, leurs définitions : Cet élément étant quelque peu complexe, nous détaillerons le sujet en fin d’article.

L’existence d’un caisson : Qu’il soit de la marque de l’appareil (Canon Olympus, Sony, etc.) ou d’une marque indépendante (Ikelite, Sea&Sea, Nauticam, Isotta, Seacam etc…), il est évidemment impératif de vérifier qu’un caisson existe pour l’appareil concerné. Les caissons de la marque de l’appareil sont souvent un peu moins chers que les caissons indépendants mais ne permettent pas tous, l’ajout d’accessoires.
Quelle que soit sa marque, il est nécessaire de vérifier l’accessibilité à tous les réglages, y compris au zoom ainsi que les possibilités d'ajout de flash externe.

 

Avant d’aborder le sujet des capteurs et de la définition, une petite synthèse des avantages et inconvénients des différentes catégories d’appareil :

Appareil « caméra Embarquée » type Gopro : très facile d’usage, le plus petit encombrement et un poids idéal, mais pas de réglage possible, pas de zoom, pas de visée, une qualité d’image limitée. Ce type d’appareil est sympa pour ramener quelques images « souvenirs » mais pas réellement pour faire de la photo. 

Petit Compact : le petit compact reste souvent limité en termes de réglages, toutefois il peut donner des résultats intéressants surtout si vous y êtes très habitué.

Petit Compact « étanche » de construction : Même chose que les précédents avec l’avantage de ne pas avoir de caisson à acheter. Attention aux limites de profondeur. 

Compact « amélioré / expert » : Là on commence à avoir des appareils qui permettent de « travailler sa photo » une qualité d’image excellente, un accès aux réglages, un prix encore abordable, un encombrement optimum, des optiques de bonne qualité. Les limites sont d’une part l’absence de possibilité de changer d’objectif (compensée par l’ajout d’accessoires) et d’autre part une capacité d'impression en très grand format limitée.

Hybride : En photo, l’hybride porte son nom car il se situe entre le compact et le reflex. Un peu plus gros qu’un compact, mais (un peu) moins gros et (un peu) moins lourd qu’un reflex, Comme le compact expert, il permet l’accès à tous les réglages. Et comme le reflex, il permet de changer d’optique/d’objectif (sur terre) avec toutefois un nombre d’objectifs limité. Côté impression, sauf pour certain modèle, la capacité d'impression en très grand format reste limitée.  

Reflex amateur & pro : Avec les reflex, on a accès à tous les réglages, à l’interchangeabilité des optiques/objectifs, une offre d’objectifs pléthorique et à la qualité d'impression optimale. Par contre ces produits sont lourds encombrants et plus chers que les précédents. Ils permettent une totale créativité ainsi qu’une impression en grande taille sans perte de qualité.

 

Préconisation : Dans le domaine de la photo sous-marine, on peut tout acheter via internet, mais, il est parfois fort complexe de s'assurer des compatibilités entre les accessoires, le caisson, l'appareil, etc... nous vous conseillons fortement de vous faire conseiller par un revendeur spécialisé tel que par exemple  Photo Denfert à Paris, ou Tek Plongée à Nantes, ou auprès des revendeurs présents lors du  Salon de la Plongée qui sauront vous guider dans la multitude d'accessoires dédiés et qui pratiquent des tarifs similaires à ceux du Net. 

 

Capteur et définition

Quelques éléments techniques :
La définition… Elle correspond au nombre de points, les pixels, qui composent l’image. On parle de millions de pixels (Mega pixels ou Mpx) . Par exemple : 1,2 Mpx pour un smartphone, 16 Mpx pour un compact, jusque 22 ou 36 Mpx pour un reflex.

Le capteur… pour faire simple, il remplace la pellicule. C’est lui qui va « capter l’image » et la transformer en millions de points de couleurs, les pixels.

Techniquement, un pixel est créé sur la base de 3 couleurs primaires, Rouge, Vert et Bleu (RVB), qui vont composer tout le spectre des couleurs.

Pour cela, pour chaque pixel, 4 éléments électroniques, les photosites, vont recueillir ces 3 couleurs (1 pour le rouge, 1 pour le bleu et 2 pour le vert). En complément, plus les photosites sont de grande taille (on parle en 1000ème de millimètre), meilleure est leur sensibilité donc leur qualité.

Plus un capteur est d’une grande surface et plus il peut être composé de nombreux photosites de grande taille et a donc une définition importante Et une qualité supérieure. 

Actuellement, tout le travail des ingénieurs dans ce domaine est de, à taille égale, augmenter la sensibilité des photosites, donc leur qualité et à qualité égale, réduire la taille des photosites.

Ce qui amène le fait que l’évolution des capteurs à taille et définition égales sont de meilleure qualité qu’il y a quelques années. Et/ou que les capteurs de même taille ont une définition supérieure à qualité égale. 

Quelle influence selon votre matériel photo ?

Selon les appareils photo, on va trouver des capteurs de différentes tailles et pour simplifier ce qui est présenté précédemment, plus le capteur est d’une grande surface meilleure est sa qualité.

Vous trouverez ci-dessous un tableau et un schéma qui présentent la plupart des capteurs.

Par égard pour la mythique pellicule 24x36, c’est ce format qui est considéré comme La Référence. On l’appelle le « full frame » qu’on peut traduire par « Plein cadre »

 

Comme on le voit sur ces éléments,
le capteur des compacts experts, Canon G7x ou Sony Rx100, par exemple, est plus de 7 fois plus petit que celui d’un Reflex "Pro" Nikon D800. Malgré cet écart, on a pu constater que les images des compacts experts sont d’une excellente qualité.

Plus généralement, les évolutions technologiques font qu’aujourd’hui, même les capteurs d’appareils photos intégrés dans les smartphones sont d’une qualité correcte, en particulier si ne n’est que pour les regarder sur écran.

Finalement tout dépend de l’usage que vous pensez faire de vos photos : les regarder sur votre écran de téléphone ou les imprimer en grande taille.

Attention encore quelques mots sur le capteur... La taille du capteur va aussi avoir une incidence sur votre focale (optique). Pour essayer de faire simple, un objectif d’une focale de 50 mm en full frame correspondra à l’équivalent d’un 75 mm pour un capteur "APS C" et à l’équivalent d’un 300 mm pour le capteur d’une Gopro… sauf qu’on ne peut pas faire rentrer un objectif de 50 mm (5 cm) dans un smartphone ou une Gopro. En réalité la focale réelle d’une Gopro est de l’ordre de 3 mm c’est-à-dire l’équivalent full frame d’un 16 mm (ultra grand angle).

Et par voie de conséquence, cela va aussi avoir une influence importante sur la profondeur de champ (zone de netteté). Sujet que nous aborderons dans un prochain chapitre.